« On sent que l’on a été capable d’aller au bout de notre ambitieux projet » Mohamed après le Raid Centrale Supélec

20160424-125745-1552-Thomas Doucet.jpg

Les Roger FédéehRaid

Mohamed et son équipe (les Roger FédéehRaid) ont terminé 18e sur 43, une performance assez exceptionnelle ! Pour rappel, le Raid centrale Supélec est une épreuve organisée sur 5 jours du 24 au 29 avril en Auvergne avec plus de 200 participants pour effectuer 8000 mètres de dénivelé positif et 250 km de course. C’est un véritable exploit que les Roger FédéehRaid ont réalisé !

Mohamed est le premier à réagir à nos questions et à nous faire part de ses émotions :

Tout d’abord, quelle a été ta préparation physique pour cette couse ?

Pour cette course, je me suis entraîné naturellement en préparant et participant aux 3 raids précédents de cette année.
Lors du dernier mois, sous les conseils de Franck, l’entraîneur de Manon, j’adopte un entraînement spécifique ayant pour but d’accoutumer mon corps à l’effort intense sous fatigue. Pour les semaines s-4 et s-3; je m’entraîne deux fois par jour, 3 fois par semaine avec une alimentation très allégée. Cela a pour conséquence d’amener mon corps à mieux utiliser l’énergie disponible en quantité limitée. Pour la semaine s-2, je me mets au régime pour éliminer les graisses puis lors de la dernière semaine, je mange beaucoup de pâtes et de riz afin d’avoir une grosse réserve en glucide et donc un bon stock d’énergie pour le jour J.

As-tu eu un entraînement spécifique par rapport à ton handicap ?

Tout d’abord, les facteurs déclencheurs de ma maladie sont le stress, la fatigue et le manque de sommeil. Afin de réduire le risque de déclenchement de ma maladie pendant l’entraînement et le jour J, j’augmente très progressivement l’intensité de mon entraînement jusqu’à être prêt à fournir des efforts intenses pendant une longue durée comme pour les raids. Par ailleurs, j’évite toutes substances énergisantes car elles me sont déconseillées.

Laure et Timothée ont également pris le temps de répondre à nos questions, ils nous expliquent les principales difficultés auxquelles ils ont été confrontés.

20160426-131040-0086-Pierre Folens.jpg

Laure

Comment avez-vous appréhendé ce Raid ?

Au début de la course, l’objectif était avant tout de prendre du plaisir, de partir pour finir en équipe, et d’essayer de maintenir le niveau affiché lors du prologue (nous avions fini 16e). Priorité à la bonne ambiance au sein de l’équipe et avec les concurrents ! Dès le premier jour, certaines équipes se détachent et ne nous laissent pas espérer intégrer le top 10.

Quelle a été la journée la plus dure ?

Lors du Raid, la journée la plus dure était la première. On doit y trouver notre rythme, et ce n’est pas chose facile. Il ne faut pas se faire happer par les équipes les plus rapides ni s’ancrer dans un rythme trop confortable qui nous ferait perdre de l’ambition au classement. Cette difficulté est commune à l’ensemble des équipes, preuve en est que certains forcent d’ailleurs un peu trop le premier jour, car au terme de la première journée nous sommes en 24e position, alors qu’en fin de Raid nous finissons 18e au classement temps. Au classement général, établi sur le nombre de portion réalisée par toute l’équipe, nous finissons 33e.

Quel a été le moment le plus difficile ?

En effet, nous perdions Laure sur les portions de trail dès le J2 en raison d’un début de tendinite au psoas. Heureusement, elle poursuit tout de même l’aventure avec nous sur les portions VTT, sur lesquelles elle ne souffre aucunement et où elle peut dépenser toute son énergie… Elle avance d’ailleurs à un tel rythme que nous ne voyons que son dos pendant toutes les portions que nous partageons avec elle !

Comment avez-vous géré la concurrence tout au long de votre parcours ?

Au fur et à mesure des jours qui passaient, la concurrence initiale se transformait  en une réelle solidarité entre les équipes : l’équipe qui double encourageait celle qu’elle dépassait, l’équipe doublée motivait la première à poursuivre l’effort de plus belle. A partir du 2e jour, nous courions aux côtés de l’équipe 41 qui avançait sur un rythme assez proche du nôtre. La journée on se dépassait mutuellement, et le soir on se retrouvait autour d’un jeu de carte et d’un saucisson… royal !

20160428-132734-9650-Pierre Folens.jpg

Mohamed

Mohamed, es-tu satisfait de ton résultat ?

Au classement au temps, nous sommes arrivés 18e sur 43 (classement au temps), ce qui est très honorable pour une première participation à un événement si difficile. Ma satisfaction est d’autant plus grande que nous sommes montés dans le classement de jour en jour jusqu’à atteindre la 10e  place pour la journée de jeudi. Vendredi, nous n’avons malheureusement pas pu reproduire ce miracle car nous nous sommes perdus en route.

Comment te sens-tu physiquement ?

Après la course, même si mon corps m’a fait comprendre que je ne pourrais pas courir un jour de plus, j’étais surpris de ne pas être trop courbaturé. Pour récupérer, j’ai pris une semaine de vacance durant laquelle, j’ai beaucoup dormi, mangé et fait de la montagne. À cause de mon régime drastique durant la phase de préparation, je fantasmais sur la mal bouffe, je ne me suis donc pas privé pendant les jours qui ont suivi. On peut dire que j’ai été un client éphémère mais assidu des grandes chaînes de fast-food.

Quels sont les conseils que tu donnerais aux personnes en situation de handicap et qui souhaiteraient se lancer dans ce genre de course ?

Pour ces événements, il est très important de connaitre ses limites, car on est à maintes reprises amener à les atteindre ou à les repousser. Il existe une multitude de raids avec des niveaux de difficulté très variés. Mon principal conseil pour les personnes en situation de handicap qui souhaiteraient se lancer dans les raids est de commencer par des raids réputés plus « grand public » que d’autres, afin de tester progressivement ses limites et monter en difficulté ultérieurement s’ils en éprouvent le désir. Ces limites, on les repousse pour en définir de nouvelles.

Qu’as-tu obtenu sur le plan personnel avec cette participation ? Qu’as-tu retiré comme leçons de ce Raid ?

On gagne en confiance en soi, car on sent que l’on a été capable d’aller au bout de notre ambitieux projet. De plus, plus personnellement, j’ai appris à organiser mon temps et mon espace. Le temps également car le matin, il faut partir à l’heure prévue pour ne pas avoir de pénalités. Cela signifie qu’il faut s’habiller, faire sa toilette, prendre son petit déjeuner, ranger ses affaires et plier sa tente avant la course. C’est déjà une journée bien remplie avant que la course ne commence. Par ailleurs, on fait du management, oui, du management. En effet, étant constamment en équipe, notre stratégie « gagnante » a été de réfléchir à 4, pour 4. Chaque épreuve nous apprend à connaître l’autre et ainsi à l’encourager à aller plus loin parfois ou à ralentir pour le ménager d’autre fois. Globalement, pour notre équipe, ça n’a vraiment pas été trop difficile car notre niveau (Laure, Timothée, Camille et moi) était assez homogène. Enfin, le plus important est que je me sois fait des amis qui ont des valeurs très communes aux miennes et avec qui je me suis beaucoup amusé. Je vais très certainement garder contact avec eux. Hors de ce contexte, étant de milieux et d’âge différent, je ne les aurais sûrement jamais connus.

20160428-120520-9513-Pierre Folens.jpg

Mohamed et Timothée

« L’objectif était de donner le meilleur de nous-même »Jordan après sa participation au Raid INP

20160508_152906.jpg

Jordan (tout à gauche) et son équipe

Jordan a participé ce weekend (7 et 8 mai 2016) au Raid INP de Grenoble au sein de l’équipe FÉDÉEH / Sopra Steria. Le RAID Grenoble INP est une compétition sportive se déroulant en deux étapes : le Prologue et le Raid, sur trois jours.

Malheureusement pour Jordan, son équipe n’a pas pu finir le parcours suite à un problème de temps réglementaire.
Jordan a quand même pris le temps de nous partager son ressenti sur ce Raid :
 » Je suis un peu frustré de ne pas avoir fini la course mais content de notre performance car on s’est quand même donné à fond. Cette année le parcours était beaucoup plus difficile et il nous était impossible de le finir. L’objectif était de nous donner le meilleur de nous-même. Il faut vraiment un gros mental pour tenir jusqu’au bout, c’est le seul conseil que je donnerai.  »

Nous tenons tout même à féliciter Jordan et son équipe pour leur participation et nous leur souhaitons un bon courage pour la suite.

« Nous travaillons pour accueillir des équipes handi-valides afin de leur offrir de nouveaux horizons » Pierre-Yves, organisateur de l’AventuRaid de l’EDHEC

13062550_10209307313309093_3772148101070557608_n

Pierre-Yves nous partage son témoignage en tant qu’organisateur de l’AventuRaid de l’EDHEC durant lequel il a accueilli et partagé ses moments avec Nicolas et Mohamed.

Peux-tu te présenter ?

Je suis étudiant à l’Edhec Business School de Lille et membre de l’association Raid EDHEC depuis maintenant deux ans. Au sein de l’association, je mène le projet handisport.

Pourquoi avoir souhaité intégrer des équipes mixtes handi-valides à la compétition ? Depuis combien de temps ?

Depuis sa création, l’AventuRaid a pour principal objectif de faire découvrir le monde des raids au plus grand nombre : étudiants, jeunes actifs, sportifs confirmés ou bien débutants. Ce sport que nous aimons et partageons, est porteur de nombreuses valeurs. Nous sommes persuadés que le raid pousse chacun d’entre nous à dépasser ses préjugés, et ses propres limites pour regarder plus loin et s’ouvrir aux autres. Depuis maintenant deux ans, nous travaillons pour accueillir des équipes handi-valides afin de leur ouvrir de nouveaux horizons, mas surtout pour leur offrir un week-end de plaisir et de dépassement de soi.

Quelles ont été les difficultés dans la réalisation de cet objectif ?

La principale contrainte est d’adapter la difficulté du parcours aux différences de chacun. Toutes les équipes engagées, qu’elles soient handi-valides ou non, souhaitent vivre la même expérience et se confronter à un certain niveau de difficulté. Il faut créer un parcours homogène, identique pour tous les sportifs, en tenant compte du niveau de chacun.

Est-ce que les autres concurrents ont remarqué ces équipes ? Si oui, quels ont été les réactions ?

Lors de la course, les équipes handi-valides portaient un signe distinctif (un brassard de couleur). Les réactions des autres participants vis-à- vis des équipes handi-valides lors de la course ne différaient peu, si ce n’est par une vigilance plus grande et une bonne humeur certaine !

Envie de renouveler l’expérience l’année prochaine ?

C’est avec un grand plaisir que nous avons accueilli Nicolas, Mohamed et leurs deux coéquipières Marie et Sixtine. Nous aimerons faire grandir ce projet l’année prochaine avec un nombre d’équipes plus important !

« J’ai eu l’occasion d’outrepasser mes limites » Nicolas lors de l’AventuRaid EDHEC

13059923_10209296948649983_1606149178_n

Nicolas et Marie

L’Aventuraid de l’EDHEC est un Raid multisports qui s’est déroulé le 2 et 3 avril dernier. Les participants avaient le choix entre deux parcours possibles dont un de 70km et un parcours sportif de 120km par équipe de deux personnes.

Plusieurs activités étaient proposées tout au long des parcours : Course à pied, course d’orientation, VTT, Run and Bike et Tir à l’arc.

Deux binômes FÉDÉEH /Sopra Steria on pris place sur la ligne de départ : Nicolas et Marie et Mohamed et Sixtine.

Nicolas a participé à ce Raid, accompagné de son équipière, Marie. Il revient sur ce parcours enrichissant et qui lui a beaucoup apporté sur le plan personnel.

Nicolas, comment as-tu vécu ce Raid et pourquoi as-tu décidé d’y participer ?

L’Aventuraid EDHEC a été vécu comme une expérience sensationnelle où l’esprit d’équipe et la psychologie ont été les aspects majeurs tout au long du parcours.
En effet, je participais à cet événement non pas en tant que compétiteur mais dans le simple but de m’amuser et de me faire plaisir.

Peux-tu nous raconter ton parcours et les difficultés que tu as pu rencontrer ?

Quand j’ai vu le parcours, j’ai rapidement compris que le Raid n’allait pas être une partie de détente. Par ailleurs, l’effort physique devait être géré avec intelligence d’autant plus que je n’avais à priori aucun entrainement à mon compteur.
Les routes sinueuses et semées d’embûches ont été des obstacles difficilement surmontables. En effet, imaginez que vous devez courir ou faire du vélo en pleine forêt sur un sol gorgé d’eau. Dans ces conditions, le temps avait totalement transformé la terre en une boue visqueuse rendant les chemins difficilement accessibles.
Malgré ces circonstances, j’étais loin d’être vaincu car je ne pensais qu’à rentrer dans les délais prévus par les organisateurs.
En résumé, de par sa complexité, l’Aventuraid EDHEC fut un événement unique car ce fut l’occasion d’outrepasser mes limites et de porter haut les couleurs de la FÉDÉEH !!!

Comment s’est passée ton entente avec ta coéquipière ?

Il a été primordial de s’entendre parfaitement avec ma coéquipière et de surpasser la douleur quotidienne. C’était chose faite puisque avec mon adorable coéquipière, nous avons toujours été dans le rythme grâce à une véritable complicité. Son ouverture d’esprit sur les limites engendrées par ma situation de handicap fut un facteur clé pour équilibrer nos efforts.
Je n’oublie pas non plus ses encouragements permanents qui m’ont permis de convertir les moments de faiblesse en une ressource mentale supplémentaire.

12166571_10209296953330100_1258414523_n (1)

Mohamed et Sixtine sur leur VTT


Dernière étape pour les Roger FedeehRaid !!

IMG_8595
Mohamed et son équipe débutent aujourd’hui la dernière étape du Raid CentraleSupélec.
Cette étape est sûrement la plus importante du parcours car il faudra maintenir un niveau compétitif et ne pas se faire doubler par les autres équipes dans cette dernière ligne droite. Malgré les conditions de vie difficiles sur place, notre équipe tient le choc et espère obtenir un bon classement.
Voici les mots de Mohamed avec qui nous avons pu échanger hier : « Je prends beaucoup de plaisir dans cette compétition mais cela devient extrêmement difficile à tenir physiquement. Par exemple, moi j’ai une diarrhée à cause de mon hygiène rudimentaire, mon matelas a un trou et se dégonfle durant la nuit et il fait -5 degrés la nuit. Ce soir, on va se coucher à 23H pour se réveiller demain à 3H30, dure, dure…. Mais bon, le soleil est là et notre équipe est meilleure chaque jour, on se donne vraiment à fond ! »
Vous l’avez compris, notre équipe est plus que jamais soudée, et se donne le droit de rêver à une place sur le podium ! N’hésitez pas à les suivre en direct sur ce lien.

Raid CentraleSupélec : Début de l’aventure pour Mohamed et son équipe !

20160424-113149-0011-Flieller Lucie

C’est fait ! Mohamed et son équipe les « Roger FedeehRaid » se sont lancés dans le grand bain hier pour le Raid CentraleSupélec qui se déroule sur cinq longues journées près de Clermont Ferrand. Au menu aujourd’hui : départ par un Run &Bike, montées et descentes en VTT à travers d’innombrables, des paysages à couper le souffle, puis retour en fin d’après-midi dans leur camp où leur tente les attend.
Mais le défi est de taille pour tous les participants. En effet, le parcours qui les attend est un vrai défi sportif avec 8000 m de dénivelé positif et plus de 250 km de course en VTT. Les défis sont nombreux avec plusieurs activités tout au long du parcours : trail, course d’orientation, canoë, escalade, geocaching, luge… Vous l’aurez compris, c’est un parcours de titan ! Ce raid est tellement difficile et dangereux que tous les participants avaient l’obligation de valider une course de 20km pour pouvoir participer à ce Raid.
Pour vous donner une idée du parcours, regardez cette vidéo :http://www.dailymotion.com/video/x2bnyof_le-parcours-du-raid-centrale-paris-17e-edition_sport
Après une journée de course, les Roger FedeehRaid sont classées 26è sur 43 et pourraient même prendre le large dans les heures à venir. Nous pouvons les suivre en direct sur http://direct.raidcs.com/fr/.  Croisons les doigts pour eux !

Retour sur la journée handicap de la CCE

Ce mercredi 20 avril, la mission handicap de Sopra Steria proposait de nombreuses animations de sensibilisation au handicap aux 3000 participants de la Course Croisière EDHEC à Roscoff.

IMG_7045.JPG

Au programme pour les étudiants : tir au laser, borne interactive pour mieux comprendre le déficit auditif, table digitale avec quiz sur des handicaps invisibles (troubles DYS, diabète…). Cerise sur le gâteau, les participants aux différentes activités pouvaient remporter une navigation avec Team Jolokia, l’équipage de la diversité.

IMG_7028La FEDEEH participait à cette journée en proposant aux participants des parcours à la canne blanche et les fameux défis de la boîte à handicap. A cette occasion, nous avons eu le plaisir d’échanger avec des étudiants qui participent à la CCE en équipage mixte handi-valide grâce au soutien de Sopra Steria via le challenge Handivoile.

 

Nicolas concourt ainsi avec Baudouin l’équipage de Gouélec (association étudiante de Supélec Rennes) : « cette expérience à la CCE me fait retrouver des sensations d’adolescent lorsque j’ai connu mes premières expériences de voile.  Les membres de l’équipage set le skipper ont compréhensifs par rapport aux éventuelles difficultés que je peux rencontrer sur le bateau. Pendant les navigations, je suis plus particulièrement en charge du tangon, l’avantage de ce poste, c’est que je n’ai pas besoin de trop me déplacer sur le bateau ce qui pourrait être compliqué avec mon handicap visuel. Nous sommes classés 5e pour l’instant mais j’ai bon espoir qu’on puisse grapiller une ou deux places sur le bateau ».

Pour Baudouin, Gouélec « voulait participer à la Course Croisière EDHEC tout en se donnant un autre challenge celui de la diversité. Participer à la CCE pour Nicolas, c’est une expérience valorisante et une bonne opportunité car il aime beaucoup la voile et pour nous étudiants, c’est une bonne occasion de pouvoir interagir en équipe avec des personnes en situation de handicap tout en recherchant la performance. »

IMG_7012